© 2010  Soursac                            Fait par Soursac Informatique

soursac site du conseil général

JOSEPH  PERTUIS

(maire de Soursac de 1808 à 1864)


            C'est en effet à la mairie de Soursac que Joseph Pertuis a acquis sa célébrité par la durée de ses fonctions et par la croix de la Légion d'Honneur qui l'en a récompensé.


Sa famille est, en réalité, originaire du Rouergue, son arrivée dans la région remonte au XVIIème siècle. vers 1690 un certain Benoît de Pertuis de Roussillon, venu de Montpezat en Rouergue mais propriétaire du domaine de Lasalle à Laval-sur-Luzège épouse la veuve du seigneur de Gay. Un de leurs fils également prénommé Benoît prit femme avec la dernière héritière du fief et du château de Coyral à Saint Merd-de-lapleau. Leur fille épouse Jean Brossard, écuyer, elle donna le jour à plusieurs enfants qui ne connurent pas de descendances, l'héritage fut alors partagé entre le curé Brossard (en Périgord) et trois frères Pertuis d'une autre branche de la famille.

C'est l'aîné de ces trois frères, Jacques, seigneur du Charal et de la Longère, époux d'Ursule Lombardi qui fut le père de notre Joseph né en 1770 à Saint Hilaire - Foissac .


       A la Révolution, le futur maire de Soursac s'empressa d'abandonner ses titres de noblesse et adopta le patronyme de Pertuis, certes moins voyant... Il avait d'ailleurs sincèrement adhéré aux idées nouvelles et, dès 1792 s'était engagé comme volontaire répondant à l'appel de la Patrie en danger. Affecté à l'armée des côtes méditerranéennes, il participa au siège de Toulon sous le général Dugommier et y fit la connaissance de Napoléon Bonaparte, son aîné d'un an.


Grièvement blessé lors d'un engagement, il se retira en Corrèze et le 16 messidor de l'an X de la République y épousa marie Antoinette Jourde issue de la bourgeoisie soursacoise: le père de la jeune épouse était le propriétaire du domaine de Chassagne; bien que malmené aux jours sombres de 1789, son aisance n'avait pas été trop affectée par les évasements.

Joseph Pertuis s'installa donc à Chassagne; il entrepris une réfection des bâtiments, fit construire le moulin (dit aujourd'hui " du Malcontent ") et devint maire de la commune par arrêté préfectoral du 15 février 1808.


Plus tard, laissant le domaine à un de ses fils, il se fit construire une maison d'habitation au cœur du bourg laquelle devint ultérieurement le presbytère dont le linteau de la porte d'entrée porte encore son nom gravé dans la pierre.


La confiance de nos préfets et celle de la population le maintiendront à la mairie plus de cinquante six ans et il tenait encore fermement la barre de la commune lors de son décès le 1er juin 1864, ayant longtemps refusé la collaboration d'un secrétaire de mairie.

Son fils Jean Baptiste Ernest fut lui-même maire de Soursac de 1870 à 1876, un de ses petits-fils tint l'étude de notaire de Saint Merd et y occupa le siège de maire.

La famille Pertuis déjà apparentée à la famille Jourde s'est alliée à d'autres familles de l'élite soursacoise en particulier celle des Reydémaneuf.


© 2010  Soursac

Fait par Soursac Informatique